Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2013

Soirée toute ordinaire

Ce soir,

j'ai bu un bon café qui ne m'empêchera pas de dormir,

mangé un gateau au chocolat qui ne me fera prendre de kilos

dormi sur le canapé avec bébé qui fait de la musique

j'ai eu droit à une lecture très rapide de t'choupi, pour m'endormir ...

j'ai été soignée de mon mal de dos

Vous avez compris, Mathilde est avec nous !!!

Je suis allée en fin d'après midi reconduire son petit frère chez ma fille et en repartant, Mathilde me tenait la main sur le pas de la porte ...

"mamyyyyyyyyyyy, je veux aller dormir dans ta maison" ... Impossible de résister à son sourire, ses yeux implorants ...

Au moins, une fois par semaine, elle vient passer une nuit à la maison, c'est toujours la fête ces soirs là !!! et le lendemain, quand c'est un mercredi, on va à la Médiathèque de Panazol ; elle fait "comme les grands", prend un livre, s'assoit sur les coussins, lit ... (bon, à pas encore 2 ans et demi, elle fait semblant !!!) rencontre d'autres petits, écoute le conte lu par une jeune fille ...

Ces moments passés compensent très largement les autres, plus difficiles et surtout, elle fait rire et parler son papy !!! pour cela, merci ma puce !!!

 

 

 

 

30/05/2013

Reprise du blog ...

Depuis quelques temps,  je me pose cette question : dois-je reprendre mon blog ou en créer un nouveau ?

Qu’y a-t-il de nouveau qui puisse justifier l’ouverture d’ un nouveau blog.

Mon mal-être actuel est-il la continuité de celui, plus ancien, qui m’a bouffé la vie pendant tant d’années ?

Je suis devant ma page blanche et je ne sais plus quoi dire ou écrire. Pourtant j’en ai des choses à dire, ça se bouscule dans ma tête !!!

Depuis que je ne travaille plus et que j’ai déménagé dans le Limousin, j’ai perdu l’habitude de parler.

Certes,  je dis bonjour à mon voisin qui m’interpelle de son jardin, merci à ma boulangère qui me rend la monnaie, que veux-tu manger ce midi à mon mari, pousses-toi à mon chien,  je parle à mon petit fils en lui donnant son biberon, en lui changeant ses couches, à ma fille qui m’appelle pour savoir s’il est sage, mais tout ça, ce n’est pas parler…

J’essaie d’engager une conversation avec mon mari mais il est encore plus  renfermé sur lui que moi. Il n’a jamais été un grand bavard mais depuis quelques temps, il communique de moins en moins avançant comme excuse qu’il n’entend plus bien, ce qui est vrai.

Je ne voyais pas ma retraite de cette façon ; parfois, je regarde les offres d’emploi et m’imagine retravailler … c’est dire …

Ce choix - l’avions-nous ce choix ? - de partir loin était un choix délibéré, pour nous rapprocher de notre fille et des petits enfants.

Quoi qu’il en soit, nous ne serions pas restés à B.  Nous ne pouvions pas garder notre maison et le regard des gens sur nous, non,  nous n’aurions pas supporté …

Ici, personne ne connait notre passé, nos galères …

Ma famille ? qui dans ma famille ?

Ma mère ? non, je lui ai causé assez de chagrin avec mon départ loin d’elle…

Mes sœurs ? mon frère ? non, parce que je n’ai pas envie, comprendraient-ils seulement ?

Je n’ai pas à me plaindre, j’ai une maison, payée, une retraite, pas de quoi sauter au plafond non plus, mais qui permet de vivre…

Ma belle-famille, qui dans celle-ci ?

Mes belles sœurs, certaines avec qui j’étais très proches mais qui pensent que tout va bien et à qui je n’ai pas osé de dire que, non, tout ne va pas bien…

Les autres, murés dans leur égoïsme, qui ne prennent aucune nouvelle de leur frère ; leur frère qui leur a rendu des services,  jusqu’à s’oublier, oublier qu’il avait aussi une famille…

Tous savent que nous avons les plus petits revenus des six enfants de la famille mais qui ont accepté de sa part une participation importante pour le financement de la maison de retraite de leur mère, sous prétexte qu’il ne pourra pas aller la voir souvent…

Ce soir, je vais chez le médecin, pour le renouvellement de mon ordonnance ; je vais essayer de parler avec lui, s’il a un peu de temps à me consacrer …

Oui, je pense que je vais reprendre mon blog parce que le fait d’avoir parlé avec vous, lecteurs inconnus, m’a fait du bien ; j’ai de nouveau senti des larmes dans mes yeux, moi qui n’arrivais même plus à pleurer…